Organismes / Italie - CIRS

Centre International de Recherche Scientifique

Organismes / Italie

  • Nom du pays : Italie.
  • Nom officiel : République italienne.
  • Nature de l'Etat : République.
  • Hymne National :

Géographie

  • Superficie : 310 226 km².
  • Capitale : Rome.
  • Frontières : France, Suisse, Autriche, Slovénie, Vatican, Saint Marin, en bordure des mers Méditerranée et Adriatique.

Population

  • Nombre d'habitants : 58,75 millions (2006).
  • Langue(s) : Italien (officielle), Allemand, Français, Slovène, langues régionales.
  • Religions : Catholiques (98%), autres (2%).

Economie

>Depuis la deuxième guerre mondiale, l'Italie est passée de pays essentiellement agricole à l'une des plus grandes puissances industrielles du monde. Elle se caractérise par un secteur public développé, beaucoup de PME et peu de multinationales. Capables de s'adapter très rapidement à la concurrence, ces PME sont organisées en réseaux (« districts industriels ») très orientés vers l’exportation ; elles sont spécialisées dans le design industriel et commercial, la production d'appareils ménagers, l'industrie textile (la plus importante au monde), la construction automobile, les plastiques, l'informatique, l'habillement...
>Le secteur touristique est aussi très développé, aidé par un bon réseau autoroutier, et l'agriculture est très florissante. Le principal problème demeure le déficit public et l'endettement de l'Etat. Une autre grande question est celle de la grande division Nord/Sud : Nord très développé et industrialisé et Sud, le Mezziogiorno, agricole et sous-développé souffrant d'un fort taux de chômage et du crime organisé empêchant les investisseurs d'y créer des entreprises.
>L'Etat a pris des mesures pour remédier à cet état de fait. Dans les régions proches de Rome, elles ont été réussies, mais pas plus au sud où les crédits de l'Etat ont été détournés de leur but.
>Ressources : Pauvre en matières premières, très tributaire de l'étranger pour son approvisionnement en énergie.




Histoire

>L’Italie préromaine était composée de plusieurs cultures et civilisations, essentiellement indo-européennes. Le site de Rome a été occupé depuis le 10ème siècle avant J.C. par des villages de pasteurs.
>La Royauté (– 753 à – 509) : Selon la légende, Rome a été fondée en – 753 par les jumeaux Romus et Romulus, élevés par une louve. Vers – 600 avant J.C., les rois étrusques occupent la région ; ils dotent Rome d’une enceinte urbaine, d’un forum et d’un sanctuaire, le Capitole. La religion romaine naît du mélange de croyances indo-européennes et d’influences grecques et étrusques. Le dernier roi de Rome, Tarquin le Superbe est chassé en – 509, en raison de la tyrannie qu’il exerce.
>La République (– 509 à – 27) est instaurée et gouvernée par le Sénat romain (Assemblée des Anciens) et les magistrats, plébéiens et patriciens, élus par le peuple romain. L’expansion romaine débute au 4ème siècle avant JC, se poursuit, en – 272, avec la domination de toute la péninsule ; les guerres puniques opposant Rome à Carthage au 3ème siècle avant JC en font la première puissance méditerranéenne occidentale ; au 2ème siècle avant JC, Rome conquiert la Grèce.
>L’Empire (– 27 à 476) succède à la République à la suite de graves dissensions internes. L’expansion de l’Empire romain connaît son apogée au 2ème siècle ; il compte entre 80 et 100 millions d’habitants et Rome un million, ce qui en fait la plus grande ville du monde méditerranéen. Au 4ème siècle, à la suite des vagues d’invasions germaniques, il est divisé en deux, donnant naissance à l’Empire romain d’occident et à l’Empire romain d’orient. L’Empire romain d’occident disparaît en 476, à la suite des vagues d’invasions germaniques.
>Le Moyen-Age (5ème – 14ème siècle) est marqué par le morcellement de la péninsule en petits Etats (principautés, royaumes, duchés, cités-Etats) voyant le jour et s’effondrant rapidement en raison de leurs divisions et des visées des puissances étrangères. L’Eglise romaine d’occident, puissance temporelle et spirituelle, est seule capable de faire front aux nouvelles invasions et de résister aux influences étrangères. Elle donne naissance aux Etats pontificaux, qui seront rattachés au reste de l’Italie en 1870. L’instabilité politique de la péninsule a pour conséquence le développement d’une autonomie croissante des villes italiennes florissantes du centre et du nord, alors que le sud est envahi successivement par les Normands puis les Espagnols.
>La Renaissance (14ème – 18ème siècle) voit l’Italie rayonner dans les domaines artistique et scientifique ; elle marque l’apogée d’une ère de prospérité économique et culturelle initiée au 10ème siècle par le développement des villes-Etat, malgré les conflits qui les opposent entre elles ainsi qu’à la papauté et les menées des puissances étrangères (Normands, Angevins, Espagnols, Autrichiens…). Au 16ème siècle, l’Italie est en grande partie occupée ; les petits Etats qui la constituent voient leur déclin s’accentuer, du 17ème et du 18ème siècle.
>Au début du 19ème siècle, à la suite de la révolution française et des campagnes napoléoniennes, Napoléon 1er devient roi d’Italie en 1805. Apparaît alors le sentiment national et le souhait d’unifier l’Italie : c’est le « Risorgimento », un mouvement qui aboutira en 1871 à l’unification et l’indépendance de l'Italie, sous l'autorité de Victor Emmanuel, roi de Sardaigne puis du royaume d’Italie proclamé en 1861. Rome est annexée en 1870 et devient la capitale.
>Après la première guerre mondiale, l'Italie connaît une dictature fasciste avec Mussolini, qui constitue l'Axe en s'alliant avec l'Allemagne en 36-37.
>L'Italie entre en guerre en 1940 aux côtés de l'Allemagne. Après sa défaite, elle devient une République en 1946, à la suite d’un referendum institutionnel. Une nouvelle Constitution est promulguée le 1er janvier 1948.
>L'Italie adhère à l'OTAN en 1949, elle est admise aux Nations-Unies en 1955, puis en 1957, elle devient membre fondateur de la CEE, avec la signature du traité de Rome.
>Dans les années 70, l’Italie est secouée par une profonde crise politique marquée par la violence de mouvements révolutionnaires d’extrême gauche (Brigades rouges…) et des services secrets qui les combattent, la corruption et l’influence de la Mafia sur la classe politique et les milieux financiers.
>De 2001 à 2006, le gouvernement est dirigé par Silvio Berlusconi, magnat de la presse, parvenu au pouvoir à la tête d’une coalition réunissant Forza Italia, parti populiste et l’extrême droite. En avril 2006, L’Unione, coalition de centre-gauche, remporte de justesse les élections législatives et Romano Prodi devient Président du Conseil.



Mentions légales - Contact

Copyright © 2013 - www.cirs.info - Tous droits réservés