Organismes / Argentine - CIRS

Centre International de Recherche Scientifique

Organismes / Argentine

  • Nom du pays : Argentine
  • Nom officiel : République argentine.
  • Nature de l'Etat : République fédérale.
  • Hymne National :

Géographie

  • Superficie : 2 766 890 km².
  • Capitale : Buenos Aires.
  • Frontières : Bolivie, Brésil, Chili, Paraguay, Uruguay, en bordure de l'océan Atlantique.

Population

  • Nombre d'habitants : 40,5 millions (2011).
  • Langue(s) : espagnol.
  • Religions : catholiques (92%), protestants (2%), juifs (2%), autres (4%).

Economie

>Malgré à peine 10% de terres arables, une agriculture riche et diversifiée assure à l'Argentine son autosuffisance alimentaire et les 3/4 de ses exportations. La céréaliculture est fortement développée ; sont aussi cultivés maïs, sorgho, tournesol, arachide, fruits (agrumes), légumes, canne à sucre, riz, thé, vignes (3ème production mondiale de vin), coton, tabac... L'élevage, essentiellement bovin et ovin, est important, et l'Argentine a longtemps été le premier pays exportateur de viande. Le secteur de la pêche, à fort potentiel, et la sylviculture sont à développer.
>L'importance des ressources en pétrole, notamment offshore, gaz naturel et houille, permet de couvrir les besoins énergétiques du pays. Le sous-sol argentin recèle aussi des gisements de cuivre, étain, fer, uranium, tungstène, manganèse, or, argent, plomb, zinc, mica, pierre à chaud. Fort potentiel hydro-électrique. L'Argentine possède trois centrales nucléaires.
>L'industrie agro-alimentaire est la plus ancienne et la plus développée, suivie de celle du textile. Le développement de l'industrialisation initié à la fin des années 1940 s'est traduit par une diversification de la production industrielle : ciment, papier, pétrochimie, sidérurgie, automobile, électronique...
>Les voies aériennes et ferroviaires sont bien développées.
>Depuis le début des années 80, l'Argentine connaît une inflation galopante, temporairement jugulée dans les années 1990 grâce à une politique économique rigoureuse et des réformes monétaires. La situation s'est à nouveau dégradée en 2001-2002, se traduisant par un fort taux de chômage.


Histoire

>1516 : découverte de l'Argentine par un navigateur espagnol, Juan Diaz de Solis. Le pays est alors peuplé de quelques tribus indiennes, les unes sédentaires et faisant partie de l'Empire inca au Nord, les autres nomades (Pampa, Patagonie).
>A partir de 1536 débute la colonisation espagnole. Fondation de la ville de Buenos Aires. Introduction de l'élevage extensif du bétail dans la Pampa. Tout d'abord rattachée à la vice-royauté du Pérou, l'Argentine devient elle-même, en 1776, une vice-royauté incluant également le Paraguay, l'Uruguay et la Bolivie, avec Buenos Aires comme capitale.
>L'invasion de Buenos Aires par les Britanniques en juin 1806, et leur expulsion deux mois plus tard, initie le mouvement indépendantiste à l'égard de l'Espagne. Le vice-roi est déposé en 1810, et l'indépendance acquise le 9 juillet 1816.
>L'Argentine, divisée en 14 provinces, voit ensuite s'affronter dans une guerre civile partisans d'un Etat fédéral (caudillos), et d'un Etat unitaire (porteños), tenants d'un pouvoir centalisé (1819-1820). Il s'ensuit une période d'instabilité politique et de troubles. L'Argentine devient une République fédérale en 1830, avec Buenos Aires comme capitale fédérale à partir de 1880.
>1829 : Juan Manuel de Rosas, chef des fédéralistes, prend le pouvoir en tant que gouverneur de la province de Buenos Aires et instaure un régime autoritaire. Il est renversé en 1852 par le général Justo Urquiza, qui devient le premier président de la République, après l'adoption d'une Constitution fédérale en 1853.
>Dans la deuxième moitié du 19ème siècle, un grand nombre d'immigrants en provenance d'Europe s'installe dans la Pampa et dans les villes. L'Argentine connaît une période de prospérité de 1880 jusqu'à la crise économique mondiale de 1929, qui frappe le pays de plein fouet.
>De 1930 à 1976, le pays connaîtra plusieurs coups d'Etats militaires. Le premier d'entre eux renverse le président de la République Hipolito Irigoyen.
>Après avoir participé à une junte militaire en 1943-1944 comme ministre du travail, Juan Domingo Peron, qui bénéficie d'une forte popularité chez les ouvriers (les descamisados), est élu président de la République le 24 février 1946. Il fonde le Parti Justiciable ; réélu en 1951, il est renversé en 1955 et exilé. Les coups d'Etat se succèdent. De retour en 1973, Peron est réélu à la Présidence de la République mais meurt quelques mois plus tard.
>En 1976 le général Jorge Rafael Videla met en place une junte militaire responsable d'une violente répression et de nombreuses violations des droits de l'homme.
>En 1982, les Argentins prennent les îles Malouines, reprises par les Anglais deux mois plus tard.
>1983 voit le retour de la démocratie et du multipartisme, avec l'organisation d'élections libres remportées par Raul Alfonsin, le candidat libéral.
>1985 : plan de rigueur budgétaire, qui ne suffit pas à juguler l'inflation.
>1989 : élection du candidat péroniste Carlos Menem, réélu le 14 mai 1995. En 1998 et 1999, des membres de l'ancien pouvoir militaire sont arrêtés et inculpés pour enlèvement et adoption illégale d'enfants nés en captivité, délit non couvert par la loi d'amnistie. La situation économique, qui continue de se dégrader, est à l'origine d'une grave crise sociale.
>Le Parti radical et le centre-gauche, réunis au sein de l'Alliance, remportent en 1998 les élections primaires, et en 1999 les présidentielles, qui portent Fernando de la Rua au pouvoir.
>Avril 1999 : nouveau plan d'austérité.
>Octobre 2001 : les élections législatives et sénatoriales sont remportées par le Parti Justiciable, en raison de la crise sociale engendrée par la situation économique.

Mentions légales - Contact

Copyright © 2013 - www.cirs.info - Tous droits réservés