JACOB, FRANÇOIS / Life sciences / Researchers

International Center for Scientific Research

Researchers

Life sciences / JACOB, FRANÇOIS

fjacobpasteur.fr

Position

Professeur honoraire au Collège de France et à l'Institut Pasteur,

Membre de l'Académie française. Institut Pasteur, Département de biologie moléculaire (Paris).

Research interests

Les travaux de François Jacob ont porté principalement sur les mécanismes génétiques existant chez les bactéries et les bactériophages ainsi que sur les effets biochimiques des mutations. Il a tout d’abord étudié les propriétés des bactéries lysogènes et mis en évidence leur " immunité ", c’est-à-dire l’existence d’un mécanisme inhibant l’activité des gènes dans le prophage comme chez les particules infectantes du même type.

En 1954, commence une longue et fructueuse collaboration avec Élie Wollman pour tenter d’établir la nature des relations entre prophage et matériel génétique de la bactérie. Cette étude conduit à préciser le mécanisme de la conjugaison bactérienne et par là même a permis d’analyser l’équipement génétique de la cellule bactérienne. De là émergent toute une série de notions nouvelles, comme le processus orienté de transfert génétique du mâle à la femelle, la circularité du chromosome bactérien ou le concept d’épisome.

En 1958, la remarquable analogie révélée par l’analyse génétique de la lysogénie et par celle de la biosynthèse induite de la ß-galactosidase conduit François Jacob à étudier avec Jacques Monod les mécanismes assurant les transferts d’information génétique ainsi que les circuits de régulation qui, dans la cellule bactérienne, ajustent l’activité et la synthèse des macromolécules. A la suite de cette analyse, Jacob et Monod proposent une série de notions nouvelles, celles d’A.R.N. messager, de gènes de régulation, d’opéron, d’allostérie. En 1963, François Jacob propose avec Sydney Brenner l’hypothèse du " replicon " pour rendre compte de certains aspects de la division cellulaire chez les bactéries.

En 1970, il a commencé à étudier des cellules de mammifères en culture et notamment certains aspects de leurs propriétés génétiques. Au cours des dernières années, François Jacob a étudié les premiers stades du développement embryonnaire chez la souris. Il a utilisé notamment, comme modèle, une tumeur maligne de la souris, le tératocarcinome.

Prizes and awards

François jacob a reçu plusieurs prix scientifiques français et notamment le prix Charles Léopold Mayer de l’Académie des Sciences. En 1965, il a reçu, avec André Lwoff et Jacques Monod, le prix Nobel de Physiologie ou Médecine. Il est membre étranger de l’Académie royale des Lettres et Sciences du Danemark, de l’American Academy of Arts and Sciences, de la National Academy of Sciences des États-Unis, de l’American Philosophical Society, de la Royal Society (Londres), de l’Académie royale de Médecine de Belgique, de la New York Academy of Sciences, de l’International Academy of the History of Science, de l’Académie des Sciences de Hongrie, de l’Académie royale des Sciences (Madrid). Il est docteur honoris causa des Universités de Chicago, Michigan, The Mount Sinaï Medical Center (New York), Humboldt (Berlin), Bruxelles, Barcelone, The Weizmann Institute of Science, The Rockefeller University (New York), Oxford, Rome, Lisbonne, Bologne, Harvard, Athènes, Crète, Montréal, Valence, Madrid, Istanbul.
Élu membre de l’Académie des Sciences en 1977.

Publications

1954 : Les bactéries lysogènes et la notion de provirus (Masson)
1961 : Sexuality and the genetics of bacteria, avec Élie Wollman. (Academic Press)
1970 : La logique du vivant, une histoire de l’hérédité (Gallimard)
1981 : Le jeu des possibles, essai sur la diversité du vivant (Fayard)
1987 : La Statue intérieure (Odile Jacob)
1997 : La Souris, la Mouche et l’Homme (Odile Jacob)

Legal notice - Contact

Copyright © 2013 - www.cirs.info - All rights reserved